Revue de Presse

Retrouvez les faits marquants du secteur de l’énergie, vus par les médias, en France et en Europe...


UFE/Revue de presse sectorielle du 16/02/18

Actualité économique et industrielle
BILAN ÉLECTRIQUE 2017 : LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE POURSUIT SA MUE
Selon le Bilan électrique français 2017 élaboré par RTE, la consommation annuelle d’électricité corrigée des aléas climatiques reste stable pour la septième année consécutive (475 TWh). Par ailleurs, le gestionnaire constate une hausse de la consommation de la grande industrie de 3.5%, ce qui révèle une reprise de l’activité économique du secteur. Quant au parc de production, il poursuit sa transition en augmentant ses capacités de production renouvelable (+ 2 763 MW) et en fermant cinq groupes thermiques au fioul (- 3 025 MW). En 2017, la production d’électricité a légèrement diminué (-0.4%) du fait de la baisse de production nucléaire (-1,3%) et surtout hydraulique (-16,3%). Les productions solaire et éolienne ont fortement augmenté : +14,8% et + 9,2% par rapport à l’an passé. Enfin, la période de grand froid de janvier 2017 a entraîné des importations conséquentes et une baisse du solde des échanges transfrontaliers (38 TWh). Sur le plan de la flexibilité, 27 GWh d’effacement ont pu être mobilisés (contre 16 GWh en 2016).
RTE du 14/02/2018
Actualité économique et industrielle
JEAN-PIERRE CLAMADIEU PREND LA PRÉSIDENCE D’ENGIE
L’actuel patron du chimiste belge Solvay, Jean-Pierre Clamadieu, remplacera Gérard Mestrallet en tant que président non exécutif d’Engie. Il pilotera en tandem le groupe énergétique avec Isabelle Kocher, qui reste « le patron opérationnel » d’Engie, a-t-il affirmé sur BFM Business le 14 février. Doté d’une forte expertise dans le domaine du développement durable, il fut président de la commission en charge du sujet lors du Grenelle de l’environnement, et s’est impliqué dans les questions climatiques au sein de l’Association française des entreprises privées (Afep) dans le cadre de la COP21. Il « continuera à assurer son rôle de dirigeant exécutif de Solvay et restera pleinement mobilisé sur la mise en œuvre des priorités stratégiques du Groupe, tout en prenant ses fonctions non exécutives au sein du groupe Engie » a précisé le communiqué de Solvay.
AEF du 14/02/2018
Actualité économique et industrielle
UFC-QUE CHOISIR JUGE LE DISPOSITIF DES CEE « KAFKAÏEN » ET « INJUSTE »
Selon un sondage internet de l’association de consommateurs, le dispositif des CEE est trop peu connu : 34% des sondés n’en ont jamais entendu parlé et 53% des consommateurs le connaissent sans savoir de quoi s’il s’agit précisément. Parmi ceux qui ont entrepris la démarche de travaux d’économies d’énergie, seuls 31% ont pu bénéficier des aides. Le président Alain Bazot l’explique par la « procédure kafkaïenne » de la démarche à effectuer côté consommateur. En effet, la demande de CEE doit être effectuée avant la signature du devis et l’aide peut être refusée à la fin des travaux si le dossier s’avère incomplet. Par ailleurs, la prime se révèle parfois « relativement faible au regard du montant des travaux » : « Pour la pose d’une chaudière individuelle, un consommateur n’entamera pas nécessairement une demande fastidieuse de CEE pour toucher une prime de 155 euros sur un coût total de 3 113 euros » juge l’étude. L’association de consommateurs demande notamment aux vendeurs d’énergie de publier le prix du kWh cumac proposé, et au gouvernement, de modifier la procédure d’obtention des aides afin d’éviter les refus a posteriori des travaux.
AFP du 15/02/2018
Actualité économique et industrielle
PPE : JACQUES ARCHIMBAUD PRÉSENTE LA STRUCTURE DU DÉBAT
Le Président de la Commission nationale du débat public (CNDP), Jacques Archimbaud, a présenté lors d’une conférence de presse la structure du débat public sur la nouvelle Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) : « ce sera le premier débat public sur un programme et non sur un projet » a-t-il précisé. Ce débat, qui aura lieu entre mi-mars et fin juin, sera cadré par le document du maître d’ouvrage (DMO) qui reprend deux des quatre scénarios à 2025 établis par RTE et un bilan de la PPE actuelle. Plusieurs ateliers seront mis en place, notamment sur l’avenir du nucléaire, l’acceptabilité des énergies renouvelables, le coût de l’énergie, les nouveaux usages de l’électricité mais aussi sur la « supposée » baisse de la demande. Des ateliers d’information sont également prévus d’entrée de jeu afin d’apporter les éléments nécessaires à la compréhension des débats, mais aussi pour dresser un état des lieux qui permettra de positionner la France par rapport aux autres pays européens. Enfin, la CNDP va tirer au sort un panel de 400 citoyens qui suivront les débats et voteront sur les questions fondamentales. La première version de la PPE est prévue pour fin juin.
Enerpresse du 14/02/2018
Actualité économique et industrielle
EMMANUEL MACRON « N’EXCLUT PAS » L’OUVERTURE DE NOUVEAUX RÉACTEURS NUCLÉAIRES EN FRANCE
“J‘attends d‘abord les délais finalisés pour Flamanville et aussi d‘avoir les analyses de l‘autorité de sûreté nucléaire, c‘est dans ce contexte-là (...) qu‘il conviendra de mettre en œuvre une stratégie pour le groupe EDF” a déclaré le chef d’Etat lors d’une réunion de presse. “Il n‘y a pas de tabou sur le sujet et donc je n‘exclus pas l‘option mais je ne suis pas en situation - compte tenu en particulier de ce que l‘Autorité de sûreté nucléaire peut nous dire à ce stade - de vous dire si ce sera à court terme, à moyen terme, à long terme ou si c‘est à exclure” a-t-il complété. Emmanuel Macron a également rappelé sa détermination à « en finir avec les centrales thermiques et charbon ».
Reuters du 13/02/2018
Actualité Européenne
CALENDRIER INSTITUTIONNEL
Commission Industrie, Recherche et Energie (ITRE), les 20 et 21 février à Bruxelles
- Examen du projet d’avis sur la libre circulation des données non personnelles (21/02)
- Vote sur l’accord provisoire résultant de négociations interinstitutionnelles sur la directive sur la performance énergétique des bâtiments (21/02)
- Adoption d’une proposition de résolution s’opposant à un acte délégué sur la liste des projets d’intérêts commun de l’UE (21/02)
- Vote sur les projets de rapport du règlement et de la directive Électricité, du règlement sur la préparation aux risques dans le secteur de l’électricité et du règlement sur l’ACER (21/02)

Commission de l'Environnement, de la Santé publique et de la Sécurité alimentaire (ENVI), les 19 et le 20 février à Bruxelles

Commission des Transports et du Tourisme (TRAN), les 19 et le 20 février à Bruxelles

Commission du Marché Intérieur et de la Protection des Consommateurs (IMCO) les 21 et 22 février à Bruxelles
- Examen du projet de rapport sur le règlement cybersécurité (21/02)

Groupes de travail Energie du Conseil de l’UE, le 20 février à Bruxelles
- Règlement sur l’ACER
du 16/02/2018
Actualité Européenne
LA COMMISSION EUROPÉENNE VA DÉVOILER SES MESURES CONCRÈTES POUR SOUTENIR LE SECTEUR DE LA BATTERIE
Dans son deuxième paquet « Mobilité » paru en novembre 2017, la Commission européenne avait annoncé une « stratégie européenne sur les batteries » pour promouvoir l’usage des véhicules électriques et la compétitivité de l’industrie européenne dans ce secteur. Lors d’une réunion de haut niveau ce 12 févrieravec les parties prenantes du secteur, le Vice-Président de la Commission européenne Maros Sefcovic a présenté une feuille de route de développement de l’industrie. Celle-ci s’apparente davantage àun réseau de petits industriels et de pôle d’innovation plutôt qu’à un « Airbus de la batterie » comme annoncé initialement. Le Vice-Président souhaite que la capacité industrielle européenne atteigne 100 GW d’ici 2025, 200GW à terme pour la consommation européenne et 600 GW sur le marché mondial. La Commission met en ligne un outil pour aider les villes à adopter les feuilles de route pour la mobilité durable.
Euractiv du 12/02 et Contexte du 13/02 du 13/02/2018
Actualité Européenne
LES TRILOGUES PRÊTS À COMMENCER SUR LE RÈGLEMENT GOUVERNANCE ET LES DIRECTIVES ÉNERGIES RENOUVELABLES ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE
Réunis en COREPER le 14 février, les représentants permanents adjoints ont validé les mandats de négociation sur les textes relatifs à la gouvernance de l’Union à l’énergie, aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique. Ce mandat de négociations permettra à la présidence bulgare d’entamer prochainement les trilogues avec le Parlement européen. La porte-parole de la présidence bulgare a confirmé que les trois textes seraient négociés en parallèle, avec quatre sessions de trilogues planifiées pour chaque texte. Un petit nombre d’Etats membres, dont la France, se sont déclarés ouverts à rehausser les objectifs d’efficacité énergétique et renouvelables par rapport à la position adoptée en juin et décembre dernier par le Conseil Energie. Le premier trilogue sur la gouvernance de l’Union est prévu le 21 février prochain, suivi par celui sur la directive efficacité énergétique le 22 février et celui sur la directive énergies renouvelables le 27 février.
Contexte du 15/02/2018
Actualité Européenne
MARKET DESIGN : BUSINESSEUROPE A PUBLIÉ SA POSITION SUR LE RÈGLEMENT ÉLECTRICITÉ
En amont du vote en commission ITRE prévu le 21/02, BusinessEurope a publié sa position sur le règlement « Électricité ». L’association professionnelle européenne appelle à un renforcement de l’adéquation des ressources en Europe via un système où les États évalueraient les besoins de leur territoire en s’appuyant sur une évaluation européenne de la gestion des capacités. Sur la coopération régionale, l’association soutient un renforcement des RSC actuels mais s’oppose au transfert au niveau européen du dimensionnement et de la contractualisation des capacités de réserve. L’association patronale européenne veut également encourager le développement de la demand response et une juste concurrence entre les anciens et les nouveaux acteurs tels que les agrégateurs et les communautés énergétiques.
BusinessEurope du 13/02/2018
Actualité Européenne
EN COMMISSION ITRE, LE RAPPORTEUR ET LES RAPPORTEURS FICTIFS ONT FINALISÉ LES AMENDEMENTS DE COMPROMIS SUR LES NOUVELLES RÈGLES DU MARCHÉ DE L’ÉLECTRICITÉ
Les députés de la commission ITRE ont finalisé les négociations sur le règlement et la directive électricité. Les amendements de compromis déposés le 9 mars maintiennent notamment l’étude d’adéquation d’ENTSO-E comme prérequis pour la mise en place d’un mécanisme de capacité par les Etats. Ils prévoient également que le design des zones de prix pourra présenter des congestions structurelles de long terme dans la mesure où leur « impact sur des zones de prix voisines est atténué par des mesures corrective ». Le Parlement reprend par ailleurs le seuil obligatoire de disponibilité des capacités transfrontalières, fixé à 75% et en ligne avec la position du Conseil. Sur ce point, Eurelectric, EFET, le Market Parties Platform et NORDENERGI ont publié ce 14 février une déclaration commune soulignant les limites d’un tel seuil, qui peut s’avérer coûteux quand le coût de gestion du réseau est supérieur aux bénéfices du commerce transfrontalier. Les cosignataires appellent à rejeter l’amendement de compromis sur l’article 14 du règlement sur l’allocation des capacités et la gestion de la congestion pour conserver la position initiale de la Commission. Le vote en commission ITRE aura lieu le 21 février, lors duquel le rapporteur K. KARINS souhaite solliciter le mandat de négociation de la part de la commission sans passer par un vote en plénière.
Contexte du 14/02 et Déclaration commune du 15/02 du 15/02/2018
Actualité Européenne
D’APRÈS L’OCDE, LES ÉTATS DU MONDE NE RECOURENT PAS SUFFISAMMENT À L’OUTIL FISCAL DANS LA LUTTE CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE
L’OCDE a publié ce 14 février un rapport sur l’évolution de la taxation des usages de l’énergie entre 2012 et 2015, comparant la fiscalité de 42 pays représentant plus de 80 % des émissions mondiales. Si une grande majorité des États du monde a déjà mis en place des mesures pour diminuer la consommation d’énergie et d’efficacité énergétique, l’OCDE constate que l’outil fiscal est sous employé pour répondre aux défis du changement climatique et de la protection de l’environnement. La quasi-totalité des émissions ne sont pas taxées ou à un coût inférieur à 30€ la tonne de CO2. De plus, le charbon, qui figure comme l’une des énergies les plus polluantes, est également l’une des moins taxées : seuls 5 pays taxent le charbon à plus de 5€ la tonne de CO2. Les taxes sur le transport routier, bien plus élevées que celles en vigueur dans d’autres secteurs, restent dans la majorité des cas également trop faibles pour couvrir les coûts externes. Les pays qui obtiennent les meilleurs résultats dans le secteur des transports sont les grandes économies émergentes comme la Chine, l’Inde et le Mexique. Enfin, le rapport trouve « troublant » que la structure des taxes ait très peu évolué, dans la mesure où cela serait « pleinement compatible » avec des mesures encourageant la croissance économique. Pour cela, l’OCDE recommande la mise en place de « transfert fiscaux ciblés » plutôt que d’abaissement des taux d’imposition ou l’octroi d’exonération, et appelle à taxer directement le carbone plutôt que les énergies.
Investir du 14/02 et Contexte du 12 et 14/02 et AEF du 15/02 du 15/02/2018

Actualités

Revue de Presse 2018


Les revues de presse par année

Les adhérents



Contact

L'UFE
Union Française de l'électricité
3, rue du 4 septembre
75002 Paris
Standard : 01.58.56.69.00
Fax : 01.58.56.69.09

Tous vos contacts

Newsletter

Pour vous tenir informé des événements et des faits marquants du secteur de l'énergie, vous pouvez vous abonner à notre newsletter.