Revue de Presse

Retrouvez les faits marquants du secteur de l’énergie, vus par les médias, en France et en Europe...


UFE/Revue de presse sectorielle du 09/02/18

Actualité économique et industrielle
LA RATP SOUHAITE COMMANDER 400 MILLIONS D’EUROS DE BUS ÉLECTRIQUES
Ile-de-France Mobilités et la RATP ont lancé mercredi 24 janvier un appel d’offres pour une commande de 250 à 1 000 bus électriques, sur deux ans dont le montant maximum est fixé à 400 millions d’euros. Les premières livraisons devront être effectuées fin 2020. Cette consultation s’inscrit dans le cadre du renouvellement du parc de bus de la RATP par deux tiers de bus électriques et un tiers de bus carburant au BioGNV d’ici 2025.
Enerpresse du 26/01/2018
Actualité économique et industrielle
PARIS MOBILISE 35 MILLIONS D’EUROS D’AIDES POUR SON PROGRAMME DE RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE
Le programme « Eco-Rénovons Paris », lancé par la ville de Paris en partenariat avec l’APC et l’Anah, vise à accompagner sur le plan technique et financier, 1 000 copropriétés qui souhaitent s’engager dans une démarche de rénovation énergétique. Les aides versées par la ville de Paris pour la réalisation de ces travaux pourraient atteindre 35 millions d’euros, auxquels s’ajoutent 16 millions d’euros en provenance de l’Anah. L’opération s’adresse prioritairement aux copropriétaires dont les revenus sont moindres et a pour but de lutter contre la précarité énergétique. Les copropriétaires ont encore jusqu’au 30 juin pour candidater au programme. Actuellement, 28 000 logements (soit, 446 copropriétés parisiennes) sont lauréates des précédents appels à candidatures.
Actu-Environnement du 06/02/2018
Actualité économique et industrielle
LA CYBERSÉCURITÉ, AU CŒUR DES PROJETS SMARTGRIDS DE SMILE
Smart Ideas to Link Energies (Smile), association rennaise qui promeut l’émergence des projets smartgrids bretons et ligériens, se prépare activement à la sécurisation des données des distributeurs d’énergie. Thierry Sens, spécialiste du développement industriel au sein du Pôle excellence Cyber, et membre de Smile, explique pourquoi : « D’abord, l’énergie est un secteur qui, depuis très longtemps, utilise le numérique et les nouvelles technologies. Ensuite, c’est un milieu où, si vous êtes cyber-attaquant, vous avez l’opportunité de faire de gros dégâts fortement médiatisés. Enfin, les distributeurs d’énergie disposent d’un grand nombre d’informations clients… qui peuvent attirer ». Pour Smile, il est donc essentiel d’intégrer dès l’amont la cybersécurité aux projets smartgrids. « Si elle a un coût, elle est aussi un véritable levier de croissance et un élément marquant de différenciation dans une compétition où sont présents les Américains, les Chinois, les Indiens… » complète Thierry Sens. Dans cette perspective, il a lancé un Appel à manifestation d’intérêt (AMI) fin 2017 pour constituer un catalogue qui liste notamment les risques d’attaques et les prestations de services. Publié très prochainement, ce catalogue « permettra, aux uns, de pré-budgéter la cybersécurité dans leur solution et, aux autres, de pouvoir rattraper le coup ».
La Tribune du 08/02/2018
Actualité économique et industrielle
RAPPORT DE LA COUR DES COMPTES SUR LINKY : LA CRE DONNE SON AVIS
A l’occasion de la publication par la Cour des Comptes d’un rapport critique sur les compteurs Linky, le gendarme de l’énergie a souhaité partager « sa vision » de ce projet qu’il qualifie d’ « ambitieux et indispensable ». La Commission de Régulation de l’Energie rappelle d’emblée qu’il n’y a « pas de transition énergétique » sans « la réussite du projet Linky ». Elle ajoute que le développement des compteurs communiquants « rendent possible la réduction de la consommation d’énergie, le développement de nouveaux acteurs et de services énergétiques (…), et l’optimisation des coûts des réseaux et leur performance ». Enfin, le compteur intelligent « que beaucoup de pays européens ont déjà mis en place » est, pour la CRE, « une des conditions de la révolution écologique indispensable à la maîtrise du réchauffement climatique ».
CRE du 07/02/2018
Actualité économique et industrielle
LA PRODUCTION HYDROÉLECTRIQUE EN BAISSE EN 2017
Selon le dernier bilan du Syndicat des énergies renouvelables (SER), 2017 a été « une très mauvaise année en termes de pluviométrie », ce qui a conduit à une baisse de 18% de la production hydroélectrique et a fait reculer d’un point la part des énergies renouvelables dans la production d’électricité (19.6% en 2016 et 18.5% en 2017). Le parc renouvelable atteint une capacité totale de 48.7 GW, proche de l’objectif de la programmation pluriannuelle de l’énergie (51.7 GW en 2018).
Contexte du 09/02/2018
Actualité économique et industrielle
L’ANCIEN DGA DE CHARBONNAGES DE FRANCE APPELÉ À TRAVAILLER SUR LES CONTRATS DE TRANSITION ÉCOLOGIQUE
Rattaché au ministère de l’Intérieur, Éric Dyèvre, ex-Directeur Général adjoint de Charbonnages de France et ex-Commissaire de la CRE, va travailler sur la mise en œuvre des contrats de transition écologique (CTE) des 4 centrales à charbon concernées avec les préfectures. Pour rappel, Sébastien Lecornu, secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Transition Ecologique, avait annoncé la signature des premiers CTE au cours du deuxième semestre 2018 en concertation avec tous les acteurs des collectivités engagées.
Contexte du 09/02/2018
Actualité Européenne
CALENDRIER INSTITUTIONNEL
Groupes de travail Environnement du Conseil de l’UE, les 12, 13 et 15 février à Bruxelles
- Point d’information de la Commission européenne sur EU-ETS pour le secteur de l’aviation (12/02)
- Discussion sur le règlement « Standards de CO2 pour les véhicules légers » (12/02)
- Préparation du Conseil Environnement du 5 mars : discussion sur le verdissement du semestre européen (15/02)

COREPER I, Conseil de l’UE, le 14 février à Bruxelles :
- Discussion des mandats de négociation sur les directives efficacité énergétique, énergies renouvelables et sur le règlement gouvernance de l’Union de l’énergie
du 09/02/2018
Actualité Européenne
LES DÉPUTÉS EUROPÉENS ENGAGENT UNE PROCÉDURE D’OBJECTION CONTRE LA LISTE DES PROJETS D’INTÉRÊT COMMUN PUBLIÉE PAR LA COMMISSION
Ce 23 janvier, des débats houleux en commission ITRE avaient suivi la présentation de la Commission européenne sur la 3ème liste des Projets d’Intérêt Commun (PCIs) publiée fin 2017. Les députés des groupes GUE/NGL, Verts et S&D ont particulièrement critiqué le manque de transparence et les choix arbitrés, notamment sur les projets gaziers. A l’occasion de la session plénière la semaine du 5 février, dix-sept députés, dont les français M. RIVASI (EELV), Y. JADOT (EELV), E. MARTIN (PS), ont déposé une objection sur cette proposition d’acte délégué. Lors du vote en commission le 21 et 22 février, les députés auront ainsi la possibilité de refuser ou de valider la liste dans son intégralité. En cas de rejet, le vote devra être confirmé en session plénière, qui devra rassembler une majorité absolue pour rejeter définitivement cette liste.
Enerpresse du 05/02/2018
Actualité Européenne
NUMÉRIQUE : PUBLICATION DE DEUX RAPPORTS POUR AVIS SUR LA LIBRE CIRCULATION DES DONNÉES NON PERSONNELLES ET LA CYBERSÉCURITÉ
Le député polonais Zdzislaw Krasnodebski (ECR) a publié son projet de rapport pour avis sur la libre circulation des données non personnelles en commission ITRE. Il propose notamment que la portabilité des données non personnelles soit « fondée sur le principe de l’interopérabilité des données ». Il fait référence à la jurisprudence de la Cour de Justice de l’UE pour définir la « sécurité publique », motif d’exemption à la libre circulation des données. Enfin, il confirme la prééminence du règlement générale sur la protection des données sur ce règlement en cas de distinction floue entre données personnelles et non personnelles. Sur la cybersécurité, Nicola DANTI (S&D, IT) a publié son projet de rapport pour avis pour la commission IMCO. Il propose notamment que les parties prenantes, dont l’industrie, puissent introduire des demandes de schémas de certification de cybersécurité au même titre que les États. La durée des schémas devra être déterminée au cas par cas et non de façon harmonisée. Il souhaite également renforcer les pouvoirs de l’agence ENISA pour surveiller la conformité des schémas avec la législation européenne, afin d’assurer un standard européen et d’éviter que les entreprises puissent choisir de s’implanter dans des pays où les standards sont les moins élevés. Enfin, il suggère la création d’un « label UE de confiance » pour sensibiliser les consommateurs à la cybersécurité.
Contexte du 05/02 et 06/02 du 06/02/2018
Actualité Européenne
LA COMMISSION APPROUVE SIX MÉCANISMES DE CAPACITÉ, EN PLEINE NÉGOCIATIONS DES NOUVELLES RÈGLES DU MARCHÉ DE L’ÉLECTRICITÉ
En savoir plus... La Commission européenne a approuvé ce 7 février six mécanismes de capacité, estimant que « ces mesures contribueront à garantir la sécurité d'approvisionnement tout en préservant la concurrence dans le marché unique », tout en « dynamisant la concurrence entre tous les fournisseurs potentiels de capacité au profit des consommateurs et de notre marché européen de l'énergie ». La Commission a ainsi validé les réserves stratégiques en Allemagne et en Belgique, les mécanismes de capacité à l’échelle du marché en Italie et en Pologne et les régimes d’effacement de la demande en France et en Grèce. Cette autorisation est intervenue deux jours avant l’accord final des rapporteur et rapporteurs fictifs de la Commission ITRE sur les nouvelles règles du marché de l’électricité pour la période 2020-2030, qui prévoient des règles très strictes pour encadrer le recours aux mécanismes de capacité. La Commission a assuré aux co-législateurs « qu’une fois le paquet sera adopté, les États membres devront adapter toutes les mesures d'aide d'État existantes à la future législation ».
Commission européenne du 07/02/2018
Actualité Européenne
LE PARLEMENT EUROPÉEN RATIFIE LA RÉFORME DU MARCHÉ EU-ETS
Le 6 février, le Parlement européen en session plénière a ratifié à une large majorité l’accord obtenu en trilogue sur la réforme du marché EU-ETS (535 voix pour, 104 contre et 39 abstentions). Cette réforme s’appliquera sur la période 2021-2030 prévoit d’augmenter le taux d’absorption des surplus par la réserve de stabilité du marché (24% pour la période 2019-2023) et fixe un facteur linéaire de réduction des émissions à 2,2%. Les règles de fonctionnement pour les Fonds de Modernisation et d’Innovation ont également été validées par les députés européens, afin de favoriser les investissements vers les énergies propres. Le Conseil doit encore formellement validé le texte avant sa publication au Journal officiel de l’Union européenne.
Actu Environnement du 07/02/2018
Actualité Européenne
LA CDU ET LE SPD TROUVENT UN ACCORD DE COALITION ET APPROUVENT LE PRINCIPE D’UNE TARIFICATION DU CARBONE
La CDU/CSU et le parti socialiste SPD ont trouvé ce 7 février un accord de coalition pour former un gouvernement, près de cinq mois après les élections allemandes. Dans ce projet d’accord, les deux partis ont réitéré leurs engagements à réaliser les objectifs climatiques européens, bien que l’Allemagne ne pourra probablement pas atteindre ses objectifs de réduction d’émission de GES pour 2020. L’accord fixe notamment des objectifs de 65 % d’énergies renouvelables et de 55% de réduction des émissions de GES par rapport à 1990 pour 2030. De plus, le futur gouvernement prévoit la création d’une commission spéciale en charge de programmer la sortie du charbon, et ainsi garantir une « transition juste » prenant en compte les aspects sociaux de la transition énergétique. L’accord prévoit la mise en place d’un « système de tarification du carbone, si possible mondiale, en tous les cas comprenant les pays membres du G20 », en s’appuyant sur « l’impulsion donnée par la résolution commune adoptée par l’Assemblée nationale et le Deutscher Bundestag » le 22 janvier, et de poursuivre l’« étroite coopération entre la France et l’Allemagne pour mettre en œuvre l’accord de Paris ». Le développement du réseau électrique et le maintien d’une seule zone de prix font également partie des objectifs de la nouvelle Grande Coalition. Côté transport, le futur gouvernement veut développer le fret ferroviaire et détaxer les véhicules hybrides et électriques à usage professionnel. Les militants du parti socialiste SPD doivent encore approuver ce projet d’accord d’ici début mars.
AEF du 01/02 et du 07/02. Contexte 07/02 et Energy Post du 09/02 du 09/02/2018
Actualité Européenne
EURELECTRIC LANCE SA NOUVELLE VISION POUR L’INDUSTRIE ÉLECTRIQUE
L’association professionnelle européenne du secteur de l’électricité, eurelectric, a lancé ce 8 février sa nouvelle vision du secteur électrique ainsi qu’une nouvelle identité visuelle, lors d’un évènement à Bruxelles, en présence du vice-président à l’Union de l’Énergie, Maros Sefcovic. Dans une déclaration signée en décembre par les associations nationales et les dirigeants des principales entreprises européennes, le secteur électrique s’est engagé à « accélérer la transition vers une énergie propre et à parvenir à un mix électrique neutre en carbone dans l'UE bien avant le milieu du siècle ». L’industrie veut « mener la transition vers un avenir énergétique européen pleinement durable, tout en apportant une valeur ajoutée aux clients et à la société dans son ensemble » a déclaré à cette occasion Francesco Starace, président de l’association. Pour atteindre ces objectifs ambitieux, il appelé les décideurs politiques à « créer un environnement stable pour les investissements de long terme ». Le vice-président Sefcovic « s’est réjoui de cette vision claire ». « Pour que l’Accord de Paris réussisse, nous devons tous passer à la vitesse supérieure » a-t-il ajouté.
Eurelectric du 08/02/2018

Les adhérents



Contact

L'UFE
Union Française de l'électricité
3, rue du 4 septembre
75002 Paris
Standard : 01.58.56.69.00
Fax : 01.58.56.69.09

Tous vos contacts

Newsletter

Pour vous tenir informé des événements et des faits marquants du secteur de l'énergie, vous pouvez vous abonner à notre newsletter.