Revue de Presse

Retrouvez les faits marquants du secteur de l’énergie, vus par les médias, en France et en Europe...


UFE/Revue de presse sectorielle du 13/07/18

Actualité économique et industrielle
LA CRE VALIDE UNE BAISSE DU TURPE 5 DE 0.21% AU 1ER AOÛT 2018
Le Turpe est annuellement ajusté par la CRE, mais il avait été partiellement annulé par le Conseil d’Etat en mars dernier. Le régulateur a ainsi publié sa (nouvelle) décision sur le Turpe 5 HTA-BT mardi 10 juillet dernier, celui-ci, examiné par le Conseil supérieur de l’énergie, valide une baisse moyenne de 0.21% au 1er août.
Enerpresse du 11/07/2018
Actualité économique et industrielle
LE PLAFOND DE LA PART FIXE DU TARIF BLEU FIXÉ À 43%
Contre l’avis de la Commission de Régulation de l’Energie, le gouvernement a fixé à 43% la part maximale « que peut représenter la part fixe dans la facture hors taxes prévisionnelle moyenne à température normale pour chaque puissance souscrite de chaque option tarifaire du « tarif bleu » ouverte pour tout site faisant un usage résidentiel de l'électricité » selon la publication de l’arrêté au Journal Officiel le 11 juillet dernier. Le régulateur avait émis son opposition au plafonnement pour les clients en « option base 3 kVA » parce qu’elle « favorise les clients ayant des consommations relativement faibles (…) aux dépens des clients faisant un usage de l’électricité pour leur résidence principale ».
Contexte du 11/07/2018
Actualité économique et industrielle
NICOLAS HULOT PRÉSENTE LE 1ER BILAN DU PLAN CLIMAT
« Malgré la mobilisation de tous les acteurs, le découplage entre les activités économiques et les émissions de gaz à effet de serre n’est toujours pas là » a déclaré d’entrée de jeu l’ex-militant écologiste. « Les émissions de gaz à effet de serre sont le thermomètre de la santé de notre planète et de notre capacité à transformer l’accord de Paris en une réalité » a-t-il poursuivi. Le Centre interprofessionnel technique d’études de la pollution atmosphérique (Citepa) est venu présenter les chiffres : les émissions de CO2 sont reparties à la hausse en 2017, les émissions agricoles et sylvicoles sont constantes entre 2013 et 2017, celles des transports ont augmenté de 1.5% en 4 ans, et celles de la production de l’énergie ont également grimpé entre 2014 et 2017 à cause du recours aux centrales à charbon.
Le Monde du 08/07/2018
Actualité économique et industrielle
CTE : SIGNATURE DES 5 PREMIÈRES CHARTES ET ANNONCE DE 4 AUTRES PAR SÉBASTIEN LECORNU
Le 11 juillet dernier, lors du forum des Contrats de Transition Ecologique (CTE), Sébastien Lecornu, Secrétaire d’Etat auprès de Nicolas Hulot, a signé les 5 premières chartes d’engagement entre le gouvernement et les territoires d’expérimentation des CTE, qui sont : la Communauté urbaine d’Arras, le Département de la Corrèze, la Cleantech Vallée (réunissant la Communauté de communes du Pont du Gard et la Communauté d’agglomération du Gard rhodanien), le Territoire Côte Ouest de la Réunion, et en Haute-Côte d’Or les communautés de communes du pays Châtillonnais et du Montbardois. Sébastien Lecornu a également annoncé le lancement de 4 nouveaux contrats entre fin juillet et septembre : en Guyane, le pays du grand Briançonnais, quatre communautés de communes et d’agglomération du département du Nord (Sud Avesnois, Maubeuge Val de Sambre, Cœur Avesnois, Pays de Mormal) ainsi que le premier CTE biodiversité, inscrit dans le Plan biodiversité présenté par Nicolas Hulot le 4 juillet dernier, qui concernera la communauté d’agglomération du pays de Grasse en lien avec le parc naturel régional des Préalpes d’Azur.
Journal de l’Environnement du 11/07/2018
Actualité économique et industrielle
« NOUS ALLONS REGROUPER TOUTES LES COMPÉTENCES SOLAIRES POUR LA FRANCE AU SEIN DE DIRECT ENERGIE » PHILIPPE SAUQUET, TOTAL
Dans un entretien, Philippe Sauquet, le Président de la branche Gas, Renewables & Power de Total, livre à Green Univers la stratégie du groupe tricolore dans les énergies renouvelables. Concernant le plan solaire annoncé par Patrick Pouyanné fin juin (10 GW en 10 ans en France), Total se trouve face à deux défis « avoir les équipes capables de développer les projets et trouver le foncier ». Sur ce dernier point, Total Solar a déjà engrangé 100 MW via des appels d’offres depuis le début de l’année, par ailleurs, les sites de Total qui représentent un potentiel de 600 MW seront également solarisés. Le Président rappelle que « Total a environ 40 ans d’expérience dans le solaire » et ce, sur toute la chaîne de valeur. S’agissant de l’organisation, toutes les compétences solaires pour la France seront regroupés au sein de Direct Energie « l’objectif est donc de réunir les équipes de Total Solar et Quadran afin qu’elles travaillent ensemble pour développer les projets en France ». Direct Energie et Total vont d’ailleurs commencer à travailler sur des offres d’autoconsommation qui seront proposées aux clients français. D’autres acquisitions ciblées ne sont pas à exclure pour atteindre l’objectif de 10 GW de solaire, « nous ne nous interdisons rien » commente Philippe Sauquet à la question du journaliste sur l’achat de Neoen. Le mix électrique idéal du groupe est composé d’une « grosse moitié de nucléaire grâce à l’Arenh, et le solde est ensuite réparti entre le solaire, l’éolien et des centrales à gaz pour couvrir la pointe. Nous nous intéressons aussi beaucoup à la grosse hydroélectricité (…). Sur le groupe, notre ambition est que l’ensemble des métiers bas carbone représente en 2035 près de 20% de notre portefeuille, contre un peu plus de 5% aujourd’hui ». Enfin, sur le développement des bornes de recharge, un programme d’investissements a été défini afin d’équiper 300 de leurs stations-service de 1 000 bornes avec une station tous les 150 km en France, en Allemagne et au Benelux.
Green Univers du 09/07/2018
Actualité économique et industrielle
LA PART FISCALE REPRÉSENTE PLUS D’UN TIERS DE LA FACTURE D’ÉLECTRICITÉ EN FRANCE
Vendredi 13 juillet dernier, le Parisien reprend la note de conjoncture de l’Observatoire de l’Industrie Electrique (OIE) qui décrypte « le poids de chacune des trois composantes principales qui déterminent le prix final de l’électricité ». L’article porte plus précisément sur la part fiscale (TVA et CSPE) qui, contrairement à celles de la production et de l’acheminement, augmente très rapidement jusqu’à atteindre 35% de la facture totale. « Entre 2012 et 2016, les taxes ont littéralement explosé, avec une augmentation de plus de 40%. Alors que dans le même temps le coût de la fourniture n’augmentait que de 2% et celui de l’acheminement de 5% ». Initialement destinée à développer les énergies renouvelables, appliquer la péréquation tarifaire et financer le chèque énergie, la CSPE a augmenté de 650% ces 15 dernières années et « a atteint le plafond de 22.50€ » par MWh facturé. La profession électrique s’inquiète de la « flambée » des taxes qui pourrait remettre en cause l’avantage compétitif du prix de l’électricité en France par rapport aux autres pays d’Europe.
Le Parisien du 13/07/2018
Actualité Européenne
AGENDA INSTITUTIONNEL
Commission européenne, le 16 juillet à Bruxelles
- Lancement de la consultation publique sur la stratégie de long-terme de l’UE de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Groupe de travail Energie du Conseil de l’UE, les 17 et 19 juillet à Bruxelles
- Préparation des trilogues sur le règlement « Electricité » ;
- Préparation des trilogues sur le règlement ACER.

Groupe de travail Environnement du Conseil de l’UE, les 16 et 17 juillet, à Bruxelles
- Préparation des réunions UNFCCC en amont de la COP24.

Groupe de travail Intermodalités et Réseaux de transports du Conseil de l’UE, le 25 juillet à Bruxelles
- Discussion sur la directive véhicules propres.
du 13/07/2018
Actualité Européenne
RETOUR SUR LES VOTES DES RAPPORTS POUR AVIS SUR LE VOLET MOBILITÉ PROPRE AU PARLEMENT EUROPÉEN
Les textes du paquet Mobilité étaient nombreux à l’agenda des différentes commissions du Parlement européen les 10 et 11 juillet. Sur les standards de CO2 pour les voitures, le rapport pour avis en commission TRAN de C. Revault d’Allones (S&D, FR) a été adopté à une faible majorité (23 voix pour, 18 contre et 2 abstentions). La rapporteuse pour avis a déclaré vouloir retirer son nom du rapport, qui entérine les propositions de la Commission européennes de réduction des émissions de CO2 de 15% en 2025 et 30% en 2030 pour les voitures et camionnettes neuves. Le rapport pour avis en commission ITRE de J. Dalunde (Verts, SE) a lui été rejeté. La commission ENVI est compétente sur le fond et votera en septembre sur les objectifs de réduction de 25% et 50%, proposés par la rapporteuse M. DALLI (S&D, MT). Par ailleurs, la commission TRAN a adopté le rapport pour avis d’A. Deli (PPE, HU) sur la directive Véhicules propres (29 voix pour, 5 contre, 3 abstentions), proposant de faire référence à la directive AFI pour définir un véhicule propre plutôt qu’un seuil d’émissions. La commission ENVI est également compétente sur le fond et se prononcera en septembre.
Contexte du 11/07/2018
Actualité Européenne
LA COOPÉRATION SUR LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE, AU CŒUR DE LA DÉCLARATION FRANCO-ALLEMANDE SUR L’ÉNERGIE
Suite à la déclaration de Meseberg, N. Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire et P. Altmaier, ministre de l’Economie et de l’Energie, se sont rencontrés le 12 juillet pour détailler dans une déclaration commune sur l’énergie des lignes d’actions concrètes. Cette déclaration franco-allemande vient réitérer l’engagement des deux pays dans l’atteinte des objectifs climatiques, en saluant notamment les accords obtenus dans le cadre du paquet législatif européen « Une énergie propre pour tous les Européens ». Les ministres ont ainsi déclaré vouloir œuvrer pour des « éléments coordonnés de leur stratégie énergétique » dans le cadre de la gouvernance de l’Union de l’énergie. Par ailleurs, les enjeux d’ « incitations financières et économiques pour atteindre les objectifs climatiques, y compris sur la question du prix plancher du carbone », seront à l’agenda du groupe de travail interministériel sur les changements climatiques. Concrètement, les deux ministres souhaitent également développer des projets pilotes conjoints, notamment pour le développement d’éoliennes offshores en mer du Nord, un test d’appel d’offre transfrontalier dans le secteur des énergies renouvelables ou encore une « autoroute électrique » pour étudier des solutions innovantes visant à décarboner le secteur des transports.
Déclaration franco-allemande sur l’énergie du 12/07/2018
Actualité Européenne
LE MAINTIEN DU ROYAUME-UNI DANS LE MARCHÉ INTÉRIEUR DE L’ÉNERGIE À L’ÉTUDE
Dans son livre blanc sur la future des relations avec l’UE suite au Brexit, publié le 12 juillet, le gouvernement britannique dit vouloir explorer plusieurs options pour définir la future relation dans le domaine énergétique. Le livre blanc n’exclut pas de sortir du marché intérieur de l’énergie, situation dans laquelle le Royaume-Uni devrait explorer les manières de garantir les échanges aux interconnexions, « sans allocation automatique de capacité ». La seconde option propose d’envisager une participation du Royaume-Uni au sein du marché intérieur de l’énergie, à travers la mise en place d’un manuel commun sur les normes techniques pour les échanges d’électricité et une « approche cohérente concernant le prix du carbone » en restant dans le système EU-ETS. Toutefois, le gouvernement britannique ne souhaite pas lier manuel commun de normes techniques et suivi des règles européennes en matière d’environnement et de changement climatique. Le Royaume-Uni souhaite également explorer les moyens de continuer à participer au sein d’ENTSO-e.
Livre blanc sur le futur des relations entre l’UE et le Royaume-Uni du 12/07/2018
Actualité Européenne
LA COMMISSION ITRE VOTE EN FAVEUR DU RAPPORT SUR LE RÈGLEMENT ENISA
Le 10 juillet, les députés de la commission ITRE ont adopté à une large majorité le projet de rapport de l’Autrichienne A. NIEBLER (PPE) visant à renforcer la cybersécurité tant pour les entreprises que pour les consommateurs (56 voix pour, 5 voix contre et 1 abstention). Ainsi, les députés ont validé le renforcement du mandat de l’agence européenne de cybersécurité, ENISA, point de contact pour les agences nationales qui souhaitent demander une assistance technique. La commission ITRE souhaite également que la certification pour le niveau d’assurance élevé soit obligatoire. Le groupe européen de certification de cybersécurité, regroupant les agences nationales au sein de l’ENISA, serait alors en charge d’évaluer les risques et de déterminer la certification. A ce titre, les infrastructures énergétiques seraient potentiellement sujettes à une certification obligation. Enfin, l’industrie pourra développer une auto-certification pour les produits et services d’un niveau d’assurance élémentaires, sous la houlette des agences nationales. La rapporteuse ayant obtenu un mandat de négociation et le Conseil ayant adopté son orientation générale, les trilogues pourront commencer dès septembre, dans l’optique d’un accord sous présidence autrichienne.
Contexte du 11/07/2018 et Parlement européen du 10/07/2018 du 10/07/2018
Actualité Européenne
LA COMMISSION EUROPÉENNE ENGAGE LE DIALOGUE SUR LA STRATÉGIE DE LONG-TERME DE L’UE DE RÉDUCTIONS DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE
Les 10 et 11 juillet, la Commission européenne a organisé à Bruxelles une conférence de haut-niveau pour engager la discussion sur la future stratégie de long-terme de l’UE de réductions des émissions de gaz à effet de serre. Intitulée « Vision de l’UE pour une économie moderne, propre et compétitive », cette conférence a permis aux parties prenantes d’exprimer leurs attentes et opinions vis-à-vis de cette stratégie de long-terme. A cette occasion, le Commissaire européen à l’Action climatique et à l’Energie, M. Arias Canete, s’est déclaré favorable à relever l’objectif de réductions des émissions de gaz à effet de serre de 40% à 45% d’ici 2030. Afin de rassembler les contributions de tous les secteurs, la Commission européenne ouvrira une consultation publique dans le courant de la semaine du 16 juillet jusqu’à mi-septembre. La publication de la stratégie de long-terme est annoncée pour mi-novembre 2018, en amont de la COP24 qui se tiendra du 3 au 14 décembre à Katowice en Pologne.
DG ENER du 12/07/2018
Actualité Européenne
LA COMMISSION ITRE VALIDE LES ACCORDS PROVISOIRES SUR LES DIRECTIVES EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE, ÉNERGIES RENOUVELABLES ET LE RÈGLEMENT GOUVERNANCE DE L’UNION DE L’ÉNERGIE
Suite aux accords provisoires trouvés en trilogue, les députés de la commission ITRE ont validé le 10 juillet, les compromis sur les directive énergies renouvelables (50 voix pour, 7 contre et 4 abstentions) et efficacité énergétique (48 voix pour, 8 contre et 5 abstentions). Ces deux textes posent un objectif européen contraignant de 32% d’énergies renouvelables et un objectif européen indicatif de 32,5% d’efficacité énergétique d’ici 2030, avec des clauses de révision à la hausse en 2023. Les commissions ENVI et ITRE, co-compétentes sur le règlement gouvernance de l’Union de l’énergie, ont également validé le compromis trouvé en trilogue (88 voix pour, 11 contre et 9 abstentions). Ces trois textes feront l’objet d’une validation formelle en session plénière en octobre 2018 avant d’être ratifiés par le Conseil et publiés au Journal officiel de l’UE.
Enerpresse du 12/07/2018

Les adhérents



Contact

L'UFE
Union Française de l'électricité
3, rue du 4 septembre
75002 Paris
Standard : 01.58.56.69.00
Fax : 01.58.56.69.09

Tous vos contacts

Newsletter

Pour vous tenir informé des événements et des faits marquants du secteur de l'énergie, vous pouvez vous abonner à notre newsletter.